Attestation d’hébergement et taxe d’habitation : quelles implications pour les contribuables ?

La taxe d’habitation est un impôt local qui concerne tous les occupants d’un logement, qu’ils soient propriétaires, locataires ou hébergés à titre gratuit. L’attestation d’hébergement, souvent demandée pour diverses démarches administratives, peut-elle avoir un impact sur le calcul de cette taxe ? Comment les différents cas de figure sont-ils pris en compte par l’administration fiscale ? Cet article vous apporte des éléments de réponse pour mieux comprendre les implications de l’attestation d’hébergement sur la taxe d’habitation.

L’attestation d’hébergement : définition et utilité

L’attestation d’hébergement est un document rédigé par une personne qui accueille chez elle une autre personne, généralement pour une durée déterminée. Ce document certifie que l’hébergé dispose bien d’un domicile stable chez l’hébergeant. Il est souvent demandé pour certaines démarches administratives, telles que l’inscription sur les listes électorales, la demande de carte nationale d’identité ou la demande de visa.

Il est important de noter que l’attestation d’hébergement n’est pas un contrat, mais simplement une déclaration sur l’honneur. Elle ne crée donc pas de droits ou obligations entre l’hébergeant et l’hébergé, contrairement à un bail locatif par exemple.

La taxe d’habitation : qui doit la payer ?

La taxe d’habitation est due par toute personne qui occupe un logement au 1er janvier de l’année d’imposition, qu’elle en soit propriétaire, locataire ou hébergée à titre gratuit. Le but de cet impôt est de financer les dépenses des collectivités locales (communes et intercommunalités). La taxe d’habitation est calculée en fonction de la valeur locative cadastrale du logement et des taux votés par les collectivités locales.

A lire aussi  Faire estimer sa maison par un notaire : l'expertise incontournable pour vendre au juste prix

Dans le cas où plusieurs personnes occupent le même logement, la taxe d’habitation est établie au nom de l’une d’entre elles. Cette personne est désignée comme étant le redevable légal et doit donc régler la totalité de la taxe. Toutefois, elle peut ensuite demander aux autres occupants une participation proportionnelle à leur part d’occupation du logement.

Attestation d’hébergement et taxe d’habitation : quelles conséquences pour l’hébergeant et l’hébergé ?

Dans le cadre de l’attestation d’hébergement, l’hébergeant ne loue pas une partie de son logement à l’hébergé, mais met simplement à sa disposition un espace pour vivre. De ce fait, l’hébergeant reste le redevable légal de la taxe d’habitation pour l’intégralité du logement.

Toutefois, si l’hébergeant et l’hébergé ne forment pas un même foyer fiscal, l’administration fiscale peut décider de fractionner la taxe d’habitation entre les deux parties. Cette situation dépend notamment de l’autonomie dont bénéficie l’hébergé au sein du logement (accès à une cuisine et une salle de bains indépendantes, par exemple). Dans ce cas, chaque partie recevra un avis d’imposition séparé pour sa part d’occupation du logement.

Il est également possible que l’hébergé soit redevable de la taxe d’habitation pour le logement qu’il occupait précédemment. En effet, si l’hébergement intervient en cours d’année et que l’hébergé était locataire ou propriétaire de son ancien logement au 1er janvier, il restera redevable de la taxe d’habitation pour cet ancien logement.

La suppression progressive de la taxe d’habitation pour certains contribuables

Depuis 2018, la taxe d’habitation est progressivement supprimée pour les contribuables dont le revenu fiscal de référence ne dépasse pas certaines limites. Selon le gouvernement, cette mesure concernera 80 % des foyers français à terme. Toutefois, elle ne s’applique qu’à la résidence principale et non aux résidences secondaires ou aux logements vacants.

A lire aussi  Entretien de chaudière à gaz : Pourquoi et comment s'y prendre ?

Dans le cadre de l’attestation d’hébergement, si l’hébergeant bénéficie de la suppression progressive de la taxe d’habitation, cela n’aura pas d’incidence sur l’hébergé. En effet, cette mesure ne concerne que les redevables légaux de la taxe d’habitation et non les hébergés. Ces derniers resteront donc soumis à la taxe d’habitation pour leur ancien logement s’ils en étaient redevables.

Les précautions à prendre en cas d’attestation d’hébergement

Pour éviter tout litige ou mauvaise surprise concernant la taxe d’habitation, il est important de bien informer l’administration fiscale en cas de changement de situation lié à l’hébergement. L’hébergeant doit notamment déclarer l’hébergé sur sa déclaration de revenus et préciser la durée prévue de l’hébergement. De même, l’hébergé doit signaler son changement d’adresse auprès des services fiscaux.

Enfin, il est recommandé aux hébergeants et hébergés de conserver une copie de l’attestation d’hébergement ainsi que tous les justificatifs nécessaires (factures, quittances de loyer…) pour prouver leur situation en cas de demande ultérieure de l’administration fiscale.

Ainsi, bien que l’attestation d’hébergement puisse avoir des implications sur la taxe d’habitation, celles-ci sont relativement limitées et ne devraient pas constituer un frein à la solidarité entre particuliers. Toutefois, il convient de rester vigilant et de bien connaître ses droits et obligations en la matière afin d’éviter tout désagrément.